Conférence inaugurale du Master  » production des contenus audiovisuels et numériques »

Le renforcement de la liberté et du pluralisme et la promotion de la notion du service public et de l’indépendance constituent les principaux déterminants de la stratégie dédiée au secteur de l’audiovisuel dans un contexte marqué par une évolution numérique rapide, a indiqué, lundi à Rabat, le ministre de la Communication, porte-parole du gouvernement, Mustapha El Khalfi.

S’exprimant lors du cours inaugural du master « production des contenus audiovisuels et numériques » à l’Institut supérieur de l’information et de la communication (ISIC), autour de la stratégie et la politique du gouvernement dans le domaine de l’audiovisuel, M. El Khalfi a jugé que toute stratégie qui ne consacre pas la liberté et le pluralisme est dépassée, notamment dans un contexte marqué par le changement de la conscience politique, médiatique et culturelle des familles marocaines, dont la majorité disposent de chaînes numériques satellitaires (84% actuellement contre 34% en 2004).

Le ministre a également mis l’accent sur la grande évolution de la diffusion satellitaire qui profite du développement technologique, laquelle a favorisé l’apparition de chaînes qui ne sont pas forcément contrôlées par les organismes de régulation et qui défient la notion de souveraineté médiatique des Etats, notant la propagation rapide de la télévision numérique connectée à l’internet.

« Le domaine de l’audiovisuel connaît une mutation et une expansion continues que ce soit à l’échelle arabe ou européenne », a fait observer M. El Khalfi, précisant que le spectateur marocain se trouve actuellement face à une offre de plus de 100 chaînes religieuses arabes, 70 chaînes d’information et 300 chaînes générales.

Cette nouvelle scène numérique est loin d’être neutre, a-t-il jugé, relevant l’existence à ce niveau de stratégies internationales, régionales et sectorielles mises au service de politiques d’expansion économique et culturelle.

Et de souligner que la stratégie médiatique au Maroc vise à relever un défi national, celui de hisser le Royaume aux rangs des pays émergents qui tirent leur force de leurs stratégies médiatiques accompagnant les évolutions numériques rapides dans leurs différentes dimensions et manifestations.

Cette stratégie, a ajouté M. El Khalfi, est censée renforcer la notion du service public sur une base d’équité et d’égalité territoriales, et doter les médias qui assurent ce service de tous les moyens leur permettant d’exercer leurs missions, à savoir « éduquer », « cultiver », « divertir » et « informer », et ce dans le respect des règles déontologiques et des principes de protection du consommateur et des mineurs et de lutte contre les images négatives et stéréotypées à l’égard des femmes et des catégories vulnérables.

Le ministre a également attiré l’attention sur les problématiques posées en ce qui concerne les droits des individus, la discrimination raciale, la haine, la violence ainsi que l’atteinte à la vie privée et à la propriété intellectuelle.

La stratégie médiatique nationale tend également à consolider le concept de l’indépendance qui commence à se mettre en place dans la pratique, mais pas encore dans les lois, a-t-il expliqué, ajoutant que l’indépendance de l’autorité de régulation et du service public n’est pas stipulée par la loi d’une manière claire et explicite.

Après avoir insisté sur le fait que l’indépendance escomptée n’est pas synonyme d’abandon du principe de la corrélation entre la responsabilité et la reddition des comptes, M. El Khalfi a indiqué que dans le cadre de la réforme du secteur audiovisuel, les individus ont le droit de présenter des doléances et, de même, le Parlement a le droit d’engager un débat avec les parties prenantes dont l’appareil exécutif.

De plus, a-t-il poursuivi, la stratégie nationale pour le secteur audiovisuel vise la mise en oeuvre du principe de pluralisme linguistique, culturel et politique sur la base d’un certain nombre de critères dont l’équité territoriale, la spécialisation et l’adoption d’une approche centrée sur la qualité plus que sur la quantité.

A la lumière des mutations que connaît le secteur audiovisuel, la stratégie du ministère ambitionne d’être fondatrice, souple et dynamique, en ce sens qu’elle pourrait faire l’objet d’une révision et changer de priorités lorsque le besoin s’en fait sentir, a conclu le ministre.

http://lnt.ma/el-khalfi-definit-les-points-saillants-de-la-strategie-audiovisuelle/

Related posts